Roger LEVESQUE (1914 - 1940) [6.6.2]

Né le 3 juillet 1914, à Nantes (44),
mort à 25 ans pour la France, le 9 juin 1940, à Blangy-la-Salonnaise (08),


photo prise à Saumur, en 1939 (cliquez pour agrandir)

Lieutenant Roger Levesque

Extrait de l’Almanach Paroissial de la Chapelle sur Erdre de l’année 1942 (par Jean Guinel)

Il a 25 ans : c'est un magnifique cavalier capable, dans les concours, de faire triompher les couleurs françaises – c'est un chef, vaillant comme les vaillants, chrétien entre les plus chrétiens, toujours en avant pour Dieu et la Patrie. Officier, il part des premiers, pour la bataille. Il n'est pas seul de la maison paternelle : ses quatre frères Officiers, Donatien, Guy, Claude et Jean, sont à la guerre, courageux et admirables comme lui.

Affecté au 15 ème groupe de reconnaissance d'une division d'infanterie, il est au poste dangereux par excellence.

Trois mots résument sa campagne particulièrement active : Dux, Lux, Crux.

Dux : Il est chef : Il est le chef aimé, adoré, qui sait communiquer à ses chers chasseurs son audace et sa volonté de réussir tous les « coups de main ». Admirateur de ses soldats, témoin attendri de leurs souffrances, il se rapproche d'eux. Il s'intéresse à leur vie, à leur famille. Comme un père, il s'applique à adoucir leurs misères, il est tout à tous, et tous les chasseurs le « portent aux nues ».

Lux : Il est le guide, la lumière. Il prépare si bien ses patrouilles, il étudie son plan d'approche, il a sa méthode de surprise et il dit tout à ses compagnons d'attaque, dès le départ. Alors, on y va à coup sûr, certaines nuits même avec enthousiasme. Il est en tête : on dirait qu'il sait où se cache l'ennemi ; il place lui-même ses hommes en embuscade pour ramener les prisonniers nécessaires au commandement ; il indique toujours la suprême manœuvre et le point de ralliement en cas de danger extrême. Il mérite et il a la confiance des soldats. En mars 1940 il est cité à l'ordre de la brigade. Le lieutenant de cavalerie Roger Levesque : « commandant le groupe franc , merveilleux d'énergie, de calme et de courage, toujours en tête dans les missions périlleuses, a constamment payé de sa personne, n'hésitant pas à aller lui-même chercher les renseignements jusque dans les réseaux ennemis. Vient encore de se distinguer le 11 Mars 1940 : aux prises avec un ennemi très supérieur en nombre, lui a infligé des pertes sensibles. Par ses habiles dispositions et sa bravoure personnelle, a réussi un décrochage difficile, ramenant son groupe dans nos lignes, malgré un feu nourri d'armes automatiques ennemies. ».

Crux : La croix. Il l'a portée neuf mois. Il a le sacrifice spontané des âmes d'élite. Cultivé, il entend mieux que d'autres l'appel désespéré du pays en danger, la voix française des siens parle à son âme et il est tout naturellement héroïque, admirable et simple, à l'heure de la mêlée. « Nous sommes les riches, à nous de payer ! » Et il paie de sa sainte vie et de sa belle mort : « Remarquable officier, dit sa deuxième citation à l'Armée, accompagnant sa croix de la légion d'honneur, plein d'entrain et de mépris du danger, toujours volontaire pour les missions dangereuses. Le 9 Juin 1940, son capitaine ayant été blessé, a pris le commandement de l'escadron et a été tué d'une balle dans le front devant Sain Loup alors qu'il assurait le repli de son unité débordée de toutes parts, donna, une fois de plus un bel exemple de courage et d'abnégation » Il repose à l'ombre d'une humble croix de bois à Blanzy-sur-Aisne. (ndlr : Blanzy-la-Salonnaise. Le corps a ensuite été ramené à Nantes au cimetière de la Miséricorde où il repose près de ses parents)

Dieu l'a voulu ainsi. Et nous écrivons avec une douloureuse émotion ces lignes de souvenir et de reconnaissance. Nous ne sommes pas scandalisés de voir mourir ceux qui prient et pour qui l'on prie davantage. Dieu l'a voulu, c'est un secret mystérieux. Dieu l'a permis pour donner à la chère victime la récompense des héros et des martyrs, et à la France un rédempteur de plus. Dieu l'a permis pour offrir à une famille vénérée et bienfaisante une gloire de plus ici-bas et un protecteur de plus là-haut.


----> retour en haut de page
----> retour page "Jean-Donatien et Laure Levesque"
----> retour page d'accueil